Groupama, FFDN et confiance

 

Cet article est une réponse/avis suite à ce post, suivit de ce post, le tout partant de ce post. (ça commence bien hein ? :p)

Internet, fer de lance du marché de la surveillance !

Groupama (assurance/banque) souhaite agrandir son domaine de surveillance digitale numérique (la surveillance ça rapporte gros). En tant qu’entreprise, ça parait logique de vouloir se faire plus d’argent et personne n’y voit de problème, sauf peut être les gens luttant ou militant contre la surveillance de masse.

Afin étendre ses parts de marché, Groupama se creuse un peu les méninges et trouve une idée ! L’entreprise/assurance/banque a l’idée de viser des zones encore « vierges ». Il faut comprendre « des zones où la surveillance est encore peut présente numériquement car peu accessible numériquement » (en gros, pas ou peu de débit internet).
L’idée est plutôt bonne. Ils seront les premiers sur place. Mais pour cela, il faut quelque chose, un réseau avec un bon débit.

Le débit, une histoire de zone

En effet, la France se divise un peu en plusieurs zones en termes de réseau internet. Il y a les zones bien couvertes, et il y a… Les autres. Celles oubliées.
Ces zones très peu couvertes (voir pas du tout) sont pour le moment « épargnées » par certaines pratiques numériques du fait de leur « isolement » numérique.
Il faut donc y déployer un internet plus rapide, plus efficace, afin que Groupama puisse y déployer ses outils et donc agrandir ses caisses.

En France, quand on parle de déployer de l’internet, on pense souvent à Orange. L’opérateur suprême. Et effectivement c’est un peu beaucoup lui qui décide si oui ou non, il y aura du réseau bon débit ou pas. L’état a bien son mot à dire maiiiiis c’est un poil plus compliqué que cela et ce n’est pas le sujet du jour. Retenez juste que c’est Orange qui fixe les règles.

De temps en temps, Groupama bosse avec Orange. Ils ont d’ailleurs créé ensemble l’Orange Bank, dont Orange est actionnaire principal.
Groupama et Orange sont donc partenaires sur certains projets.
Nous avons vu plus haut que pour que le plan de Groupama puisse se réaliser, il lui faut un internet avec du bon débit.
Pas de bon débit, pas d’efficacité sur ses machines de surveillance. Mais que fait Orange ?

Et oui tiens, que fait Orange ?
Ben Orange ne veut pas installer d’internet bon débit dans des petites zones. Les retours sur investissements sont négatifs (pas assez d’abonnés pour un coût de déploiement trop cher). C’est pour ça que vous avez du débit pourri en campagne, z’êtes content hein ?
Groupama pourrait demander à Orange de déployer de l’internet dans les zones non desservies ou mal desservies mais, comme indiqué plus haut, la réponse d’Orange est déjà connue : pas d’avantage économique.
Groupama est ainsi forcé de chercher d’autres solutions et fini par arriver sur… Les alternatives.

Et Groupama découvre les FAI associatifs et FFDN.

FFDN c’est quoi ?

La fédération FDN regroupe des Fournisseurs d’Accès à Internet associatifs se reconnaissant dans des valeurs communes : bénévolat, solidarité, fonctionnement démocratique et à but non lucratif; défense et promotion de la neutralité du Net.

À ce titre, la fédération FDN se donne comme mission de porter la voix de ses membres dans les débats concernant la liberté d’expression et la neutralité du Net.

Elle fournit à ses membres les outils pour se développer et répondre aux problématiques qui concernent l’activité de fournisseur d’accès à Internet.

Le FAI associatif, c’est donc un fournisseur d’accès à internet comme Orange. A ceci près que le FAI chez FFDN se donne une charte à respecter. Une charte éthique basée sur la neutralité du net et la liberté d’expression.
Quelle différence avec Orange ou Free, SFR et compagnie ?
Si Orange le souhaite, il peut brider votre connexion à netflix vers 18h. Si Free le veut, il peut brider la connexion à youtube. SFR peut, si il le souhaite, analyser votre navigation afin de revendre vos données à qui veut les acheter. Si Free ne souhaite pas que vous vous rendiez sur un site en particulier, il peut vous y « interdire » l’accès. Ils peuvent choisir de bloquer des protocoles. Etc etc. Bref, avec ses opérateurs, vous êtes consommateurs. Pas utilisateurs. Ses FAI choisissent ce qui est bon pour vous et ce qui ne l’est pas.
Avec un FAI associatif adhérant à FFDN, cela est différent car, justement, le but est l’inverse de ce genre de pratique.
Le FAI membre de FFDN qui intéresse Groupama essaye de déployer de l’internet dans ces zones « oubliés » volontairement par le grand Orange.

Le Deal : On vous donne un financement, comme ça nous on peut installer notre système de surveillance et vous, vous avez plein plein d’abonné avec un internet neutre qui nous a permis de fliquer qui le veut et tout le monde est content.

Mutation

Le problème est là. Moi qui vit dans une région bien desservie mais qui souhaite passer chez un FAI associatif membre de FFDN, comment va t’on me convaincre de signer chez FFDN plutôt que chez SFR ?
J’ai acquis la connaissance technique pour passer outre les censures/filtrages que peut m’imposer SFR alors pourquoi aller chez FFDN si l’argument qui me plaît disparaît pour une raison économique et dont le but final (même pas caché) est d’installer des boites noires chez les gens ???
Je souhaite passer chez FFDN pour des idées.
Dans les zones non desservies, la question ne se pose pas (ou moins). Si évidemment la seule solution est de signer chez FFDN pour avoir du réseau, on va pas chercher pas midi à 14h. Mais dans le cas inverse ?
Alors attention hein, un FAI associatif n’impose pas aux gens de ne pas adhérer à des réseaux comme instagram, facebook ou d’installer un tas d’IoT à la maison et co qui sont de vraies petites machines de surveillance de masse.
On peut être abonné chez FDN et avoir un compte facebook. Chacun est libre de ses actions, MAIS, et c’est là un point super important pour FFDN, le FAI associatif milite pour une neutralité et contre la surveillance.

Je suis d’accord avec Benjamin Bayart pour dire que tout les employés de Groupama ne sont pas des monstres sanguinaires assoiffés de sang et de données de vie privée. Comme lui, je trouve que dire cela est faux et insultant. Il y a évidemment des gens éthiques et soucieux de bien faire les choses avec le FAI associatif chez Groupama et fort heureusement.

Qu’en est il du supérieur ?
Là, on passe un palier. N’importe qui bossant dans une grosse boite sait très bien que plus on monte de niveau, plus on va devoir s’asseoir sur ses convictions. La vie de l’entreprise passe avant vos choix personnels. Et la vie de l’entreprise, plus elle grossit, plus c’est le fric. Et quand cette boite pèse des milliards…
Bref, plus on monte en grade et plus on se rend trèèèèès vite compte que la gentille personne tout plein de bonne volonté qui discute avec le FAI associatif n’est qu’un pion pour Groupama.

Qu’en est il de la motivation de Groupama pour son partenariat avec le FAI ?
> Le fric sur la vie privée des consommateurs.
Consommateurs qui sont la plupart du temps bien loin de saisir les enjeux que représente la vie privée. Et il faut bien plus qu’un discours de 2h pour expliquer tout ce que cela implique. On peut me faire dire que des personnes conscientes souhaitent effectivement vendre leur vie privée pour plus de confort sur l’instant (car oui c’est bien ça, sur le long terme, cela se transforme en contrainte).

Alors pour FFDN, militer contre la surveillance et la neutralité et se voir proposer un partenariat dans le but de développer la surveillance ???? Je n’arrive pas à voir en quoi cela est positif.
J’ose une comparaison :
Quand Mc Donalds te vend un hamburger avec sur la boite écrit en vert « ici nous luttons pour l’environnement » ou encore « cette viande vient de France, les boeufs sont élevés en plein air, on les caresse tout les jours, et on leur chante des chansons anti-stress. Ensuite, on les tue de manière tellement soft que même nous, on se demande si on ne va pas opter pour ce traitement en fin de vie ❤ » , n’est-ce pas prendre un peu les gens pour des cons ?

L’argument de Groupama « on a besoin de vous pour installer nos boites noires chez les gens et en échange, votre réseau est déployé en masse » n’est pas acceptable. Cela fout complètement en l’air le travail de confiance installé entre FFDN et leurs clients.
On peut y réfléchir longuement pour y voir les avantages et inconvénients.
Des partenariats avec des grosses entreprises sont possibles et apportent évidemment des avantages.
La vraie question est « A quel prix ? »
Quand Benjamin Bayart dit : « Oui on peut. Et même plus, on doit »
Je ne suis pas en désaccord.
En restant juste entre militant, les choses avancent lentement. Mais elles avancent, et proprement !
Ce n’est pas en participant à des accords de déploiement de réseau dont le but, affiché je le rappelle, est de surveiller ceux qui aujourd’hui n’étaient pas surveillable (oui j’invente des mots on s’en fout), qu’on arrivera à avancer toujours la tête haute.
FFDN ne pratique pas de l’écologie à la manière de Mc Do et ne doit pas le faire. C’est une force et je dirais même que c’est LA force argumentaire.
Tout n’est pas binaire j’en suis bien conscient.
Accepter un partenariat avec Groupama… Hum, sur ce coup, ce n’est peut être pas tout simplement le bon partenaire.

Publicités

J’ai un Shaarli

logo-shaarli

Ça faisait pas mal de temps que je comptais me faire un Shaarli.

A la base, en faisant les formats Cafoutch, je voulais regrouper tout un tas de chose qui m’intéressait afin de le partager avec un petit avis sur le sujet. Mais bien souvent, la flemme de me connecter sur le blog, faire un truc avec une mise en page, ne pas du tout penser à poster sur le blog, toutes ces raisons font que je zappe trop souvent de partager des choses/sujets qui me tiennent à cœur ici.
Par contre, je pense bien plus facilement à poueter (Mastodoooooon) instinctivement. Oui, j’arrête quasiment Twitter car Mastodon me convient amplement (tout comme Diaspora mais plus pour un autre usage).
Et c’est là que Shaarli entre en scène !

Shaarli, c’est développé par Sebsauvage, c’est gratuit, open source, et c’est écrit en PHP. La fonction principale est que c’est une sorte de marque page en ligne. Plus précisément, un logiciel de partage de liens.
Vous pouvez y ajouter des commentaires, choisir de mettre des liens en privés ou non et ajouter des tag. Framasoft propose une instance qui permet aussi de faire des recherches par jour pour mieux s’y retrouver.
Concrètement comment ça marche, ben comme ça :

ezgif-1-e0ae05b1a5
On glisse simplement le bouton dans sa barre marque page. (Capture par Sebsauvage)
ezgif-1-4165a5cc30
On clique sur le bouton de partage et voilà votre lien enregistré 🙂 (Capture par Sebsauvage)
shaa
Ma page Shaarli ressemble à ceci

Il existe également un réseau social « Shaarlo » pour les utilisateurs de Shaarli. Pour le moment, j’ai déjà Mastodon qui me va parfaitement et, qui me fait déjà perdre bien trop de temps ! Merci certains utilisateurs hein ❤

Shaarli peut s’installer sur son propre serveur mais comme je suis une ouiche dans ce domaine, je préfère ne pas encore me lancer dans l’installation sur mon petit serveur (J’y vais à tâtons en terme de serveur avec le RaspberryPi).
Mais encore une fois, Framasoft est là ! Alors en attendant de recevoir ma brique (\o/), je me suis fait un compte sur leur instance Shaarli qui s’appelle MyFrama. Au passage, si vous utilisez leurs services, n’hésitez pas à faire un ptit don à l’association 🙂

Une fois la brique apprivoisée, je pense que je me ferai mon instance assez rapidement.

Du coup je dispose maintenant de mon compte shaarli sur une instance Framasoft et c’est très bien ! Ça remplacera désormais les formats Cafoutch.

standards

De l’importance de choisir son réseau social : décentralisé, libre et éthique au passage

qsfdghgjhk

Aujourd’hui, on voit apparaitre des alternatives concluantes aux réseaux sociaux classiques bien trop intrusifs dans nos vies.
Avant de les présenter, je vais faire un rapide retour sur mon expérience des réseaux sociaux à leur début (je zappe volontairement myspace et co qui sont trop vieux désormais et oublié de tous).

Facebook et la révolution des rézosocio

Avant, il y avait Myspace et c’était cool, on écoutait de la musique, parlait peu et donc c’était discret. Et puis, il y a eu Facebook.
Soyons honnête, Quand Facebook est apparu en France, je n’ai que trop conseillé à mes amis de s’y rendre. Le coté d’échange, agenda, blog, partage de photo, tout y était ! Et c’était génial !
A ce moment là, honnêtement, j’étais un peu à la ramasse en terme de recul sur de tels outils. J’avais un iPhone, je revenais de mes premiers voyages au Japon, pays de la technologie et j’étais tout fier de ce que la technologie pouvait nous apporter. Je ne voyais QUE les bons cotés. J’ai toujours aimé la technologie mais je ne m’en servais que pour « m’amuser ». Sans recul éducatif sur la techno j’étais insouciant et inconscient.
Oh j’y voyais quand même quelques mauvais cotés. Le fait de poster des choses et d’être déçu de ne pas avoir de « j’aime » par exemple. Bizarre cette sensation =/
J’avais un compte Facebook avec plus de 800 amis et beaucoup d’interaction avec eux. La classe comme on dit. Insoucieux que j’étais…
Et puis… Le diable se cache dans les détails comme on dit.

Plus dur sera la chute

Et puis je me suis intéressé à la sécurité informatique, le BigData et ensuite à la surveillance de masse. Idem concernant la politique, j’ai commencé à sérieusement m’intéresser de ce que les politiques racontaient sur le sujet. La mise en place d’Hadopi a certainement été un déclencheur de réflexion. Le but, je le comprenais : La lutte contre le téléchargement illicite.
Toutefois, je voyais quelque chose d’autre se dessiner en parallèle et je n’étais apparemment pas le seul… Un début de flicage numérique.
Au delà des franches rigolades en écoutant des politiques parler de numérique (on se souvient de Mme Albanel parler de Openoffice comme étant un pare feu ou d’autres politiciens complètement perdus en essayant d’expliquer ce qu’est le P2P), on pouvaient voir le désir de quelques politiciens de mettre les français sous surveillance.
Un flicage massif, purement, et simplement.
C’est assez logique si on y réfléchi. Le politicien a toujours pu diffuser sa pensée unique sur les médias traditionnels. Média qui lui est facile de contrôler. En ce qui concerne internet… Ce n’est plus la même histoire…
A force de me renseigner sur la surveillance de masse et ses fonctionnements diverses, j’ai carrément eu l’impression d’avoir été un trou du cul à la ramasse, un mouton pendant des années. Bref, l’électrochoc.

paysdeslumieres
Le Big Data et la surveillance permettent de me connaitre et me profiler, la censure permettra d’orienter mon esprit critique à prendre tel ou telle courant de pensée.
Le coté des réseaux sociaux « regardez moi, ma vie est super géniale » est devenu gênant. J’en suis même venu à haïr le concept…
Filtre, analyse, publicité ciblé, profilage, tout ça lié à la surveillance de masse et la censure font une magnifique recette pour qui tient les rênes.
golden-boy-punchMême sans aller sur facebook, je retrouve le fameux bouton « partager » sur les 3/4 des sites. Sans anti trackeur, facebook sait donc où je vais, à quelle heure etc. Je ne suis pas tombé dans la parano, mais franchement, vous voulez pas me foutre la paix 2 minutes facebook ? Twitter aussi d’ailleurs. Et je ne parle même pas des applications mobiles…
Si un ami à moi possède l’application facebook ainsi que mon numéro de téléphone, facebook possède donc mon numéro. Sans mon accord. Magnifique n’est-il pas ?
J’ai eu envie de partir de ces réseaux un nombre incalculable de fois seulement voilà. Que faire une fois parti ? Ne vais-je pas me retrouver seul ? Cette peur du « bein alors on ne te voit plus ? T’es pas au courant qu’il y avait une soirée chez Maurice ? » me hantait quelque peu. Et il faut l’avouer, j’aime internet et par extension, les réseaux sociaux. J’aime lire et partager avec une communauté sur ce support.
Bref, après une overdose de tracking, j’ai décidé de stopper là.
J’ai cherché d’autres réseaux sociaux, plus propres. Sans tracking, sans pub et tout le reste. Un réseau où celui qui tient les rênes ne se fout pas de ma gueule. Et j’ai trouvé.

Alors j’ai sauté le pas.
Je suis retourné sur facebook une dernière fois. J’ai changé d’adresse mail, changé mon mot de passe, et j’ai supprimé l’adresse mail. Ainsi, même si la tentation revient, il m’est impossible de revenir en arrière. Car, évidemment, votre compte n’est jamais supprimé.

Après avoir quitté facebook, j’ai senti comme une bouffé d’air.
Une sensation d’être libéré d’un poids. Seul Twitter (on y reviendra) a réussi à me garder inscrit.

La nouvelle aventure !

Me voici donc sur un nouveau réseau : Diaspora.
Quelle est donc la différence avec facebook ? Diaspora est décentralisé. Il n’appartient pas à une entreprise mais à plusieurs utilisateurs.
En gros, je peux choisir d’installer Diaspora à la maison sur mon serveur Raspberry Pi par exemple. Celui ci communiquera avec les autres serveurs afin d’échanger librement nos déboires. Imaginez une toile d’araignée où chaque nœuds de la toile représente un serveur avec Diaspora d’installé dessus.
Les données sont chez moi et j’en fais ce que je veux.
Actuellement, j’utilise le serveur de Fla. Mes données se trouvent donc sur son serveur. En cas de panne de son serveur, le réseau Diaspora continuera de tourner. Ainsi, les autres utilisateurs ne seront pas affectés par cette panne.
La censure y est également difficile car pour fermer le réseau Diaspora, il faut que l’intégralité des serveurs ferment. Opération quasi impossible…
J’ai retrouvé un certain nombre de connaissance que j’ai réussi à faire migrer dessus. Malheureusement avec le temps, force est de constater que la plupart sont repartis sur facebook (pas tous !). Je ne peux pas trop leur en vouloir, le nombre d’utilisateur sur Diaspora est drastiquement moins élevé que sur facebook. Toutefois, j’ai trouvé ce que je cherchais !
Un réseau social propre ! Pas de filtrage, pas de censure, pas de tracking, pas de pub et un réseau décentralisé. Magnifique.

qd

Le fait de ne pas retrouver des gens que je connais dans la vie de tous les jours ne m’a pas dérangé plus que ça, bien au contraire ! J’y ai trouvé des gens qui partagent des idées sensiblement identiques aux miennes. Le monde du libre pour commencer, mais également tout un tas de sujets diversifiés autour d’une éthique. J’y rencontre donc des gens qui discutent de science, de nourriture, technologie, de consommation etc. La plupart des utilisateurs sont prêts à lire des commentaires qui font plus de 3 lignes. Le nombre d’utilisateur grimpent toujours petits à petits et ce rythme me convient très bien.

J’ai aussi essayé d’autres réseaux sociaux comme Twister. Une alternative libre à Twitter basé sur le P2P. Un réseau difficilement censurable. Toutefois, la technique pour le mettre en place rebutera plus d’une personne et le réseau est (de mon point de vue) voué à l’échec de nos jours (pour le grand public). Le grand public est fainéant, il (nous) souhaite des outils faciles à utiliser, sans avoir besoin de chercher plus que ça pour les comprendre.
Il y en a eu bien d’autres mais je ne vais pas tous les énumérer.

Dernièrement, un réseau social est en train de percer comme jamais je n’avais vu : Mastodon.
Un clone de twitter libre et décentraliser. Clairement, de mon coté, c’est adopté (et je crois ne pas être le seul ;p)
On peut noter que pas mal de personnes assez « populaires » s’y sont déjà inscrites ainsi que certains médias (Antoine Daniel, Numerama, DirtyBiology, DanyCaligula, Mediapart, Korben, LeMonde, HuffingtonPost, FrAndroid etc). Le nombre d’utilisateur inscrit est juste hallucinant chaque jours.
Bref, je ne m’attarderai pas plus sur Mastodon ici, j’en ferai un article prochainement mais clairement, Mastodon est en train de décoller en flèche ! Numendil en a fait un très bon article à lire ici. Vous y retrouverez une superbe grande communauté de gamers, de geeks, d’hackers, journalistes, etc…
Un conseil, choisissez une instance et rejoignez nous 😉
Ou mieux, faites votre propre instance !
chemlatwister

Un rétropédalage forcé ?

Revenons à notre bon vieux Facebook. J’ai récemment refait un compte (pas taper).
Pourquoi ? Simplement car j’ai certains contacts étrangers que je peux difficilement contacter autrement que par ce satané réseau et qu’il m’est difficile de « zapper ».
40 contacts. Le strict minimum quoi, dont 70% d’étrangers.
Je refuse les invitations de mes amis réels.
Je pourrai opter par des contacts uniquement par mail cependant les mails sont devenus difficiles à utiliser pour certains et tout le monde n’utilise pas XMPP ou IRC. Facebook est devenu pour beaucoup l’équivalent du mail (arf).
Je m’y connecte toujours par Tor en utilisant l’adresse adéquate https://www.facebookcorewwwi.onion/ (inutile de cliquer si tu n’utilises pas Tor)
Lorsque des gens viennent me parler sur le tchat, je les réoriente en général sur Cryptocat ou sur Jabber/XMPP. Si on veux faire du visuel, je réoriente sur Framatalk, un équivalent libre à Skype qui tourne plutôt bien :p  (Merci Framasoft !).
Je prévois de partir au Japon d’ici peu. J’installerai donc Messenger sur le tel provisoirement pour le supprimer une fois le voyage effectué. Messenger étant le moyen le plus simple de converser avec mes amis sur place…
Pour info, j’ai fait le test :
Messagerie XMPP sur le tel = 4 jours de batterie.
Messenger sur le tel : 3 à 4h maxi. Et SANS RIEN FAIRE !
Quand je dis que facebook épie tout ce que vous faites, ce n’est pas un mensonge 🙂

Aujourd’hui les USA ont voté une petite chose. Oh, rien de grave, juste l’autorisation aux FAI de vendre l’intégralité des données personnelles. Bref, vous utilisez un service américain ? Eh bien vous n’avez plus aucun droit sur vos données. AUCUN. Comme si la surveillance et le Big Data n’étaient déjà pas assez développés.

C’est donc avec un grand plaisir que je vois des alternatives comme Diaspora ou Mastodon prendre du large. Aujourd’hui plus que jamais, il est temps de repenser à notre utilisation des réseaux sociaux.

15251804_233703460391989_4883642256688414720_n

Reflexion sur la gifle

gifle

La loi interdit désormais aux parents de mettre des gifles à leurs enfants. Cette loi a fait parler d’elle car les réactions ont été nombreuses.
J’ai récemment vu passer un commentaire sur le sujet et j’ai souhaité partager ma réponse à ce commentaire ici car je trouve que le sujet en vaut la chandelle.

Avant d’aller plus loin, on va préciser que le commentaire en question faisait allusion à l’implication du gouvernement français qui entre un peu trop dans les familles. Donc précisons que la France est signataire de la Charte européenne des droits sociaux.
Pour ne pas avoir interdit plus tôt la gifle aux enfants, la France a déjà été « condamné ».

Au passage, je vous invite à aller voir du coté des pays où la gifle est interdite depuis quelques années. Ça fait réfléchir.

Revenons à notre commentaire. La personne n’était donc pas d’accord avec cette loi. Cela ne regarderait pas le gouvernement. Je pense malheureusement que si. Je dis « malheureusement » car devoir en arriver à faire des lois pour quelque chose de tellement évident…. BREF. Un enfant qui reçoit trop de gifle va surement être content de pouvoir aller se plaindre quelque part. Cela regarde donc le gouvernement au même titre que lorsqu’un homme frappe sa femme chez lui, dans sa maison, cette dame pourra aller porter plainte pour violence. On ne l’enverra pas dehors en lui répondant « c’est dans le foyer familial madame, ça ne nous regarde pas ». Fort heureusement.

Personnellement, je trouve qu’un discours constructif (qui peut durer longtemps certes) a bien plus d’effet qu’une gifle pour faire comprendre à un enfant qu’il est dans l’erreur. La gifle ne traduit qu’une seule chose, une perte de contrôle et d’argument de la part des parents donc de crédibilité. Et la crédibilité d’un parent pour un enfant, c’est un pilier dans son monde.

Mes parents étaient prêts à me tenir des discours de 3h pour une connerie de jeunesse et qu’est-ce que c’était chiant… Bien plus qu’une gifle sur le plan « lourdingue ».

La différence de résultat :
– Avec une gifle > J’étais démotivé de refaire ladite connerie car je sentais que je pouvais m’en reprendre une en pleine face. Toutefois l’envie de recommencer était quand même là. La gifle n’a jamais gommé l’excitation de l’interdit, de faire quelque chose de « mal ».
– Avec un long discours chiant mais argumenté > J’étais démotivé de refaire ladite connerie car je sentais que j’allais me retaper un discours de 3h dans ma chambre. Par contre, l’envie de recommencer était bien moindre parce que j’avais compris que c’était mal.

Le long discours a cette différence qui n’est pas des moindres. Il sait faire comprendre en démontrant que faire le mal, ce n’est pas excitant, ni bien, ni amusant. C’est juste une connerie point.

On appelle ça l’éducation. Évidemment pour bien la faire, il faut s’en donner les moyens. Après un long discours argumenté, si je sentais l’envie de refaire une connerie, un autre sentiment m’envahissait rapidement : Le malaise. Ce malaise qui avait pour effet de m’empêcher de faire la dite connerie. Ce n’est pas de l’auto-censure avec un pseudo formatage. C’est juste de l’éducation. L’auto-censure, ça s’applique sur quand on s’empêche de faire des choses neutres ou positives. Quand on s’empêche de faire des bêtises, c’est qu’on réfléchit  ses actes et aux conséquences pour nous et pour les autres.

400355_368837456466000_1547126243_n

Certes, beaucoup de parents vont trouver ça malheureux pour eux. Leur autorité va être mis à rude épreuve, d’autant plus que prendre le temps d’éduquer ses enfants est quelque chose de bien difficile avec notre époque. On voit que beaucoup laisse cette part de responsabilité aux profs etc… C’est pourquoi il faut réfléchir avant de faire des enfants. Je précise cela car beaucoup font des enfants parce qu’il « faut en faire ». C’est dans l’ordre des choses et c’est la nature après tout. Oui mais non. Je ne dis pas de ne pas faire d’enfant au contraire. Faites des enfants c’est bien et c’est magnifique. Cependant, il serait bon que certains réfléchissent un peu plus à la question et aux conséquences. Faire des gamins et scotcher la TV en laissant de coté l’éducation pour en arriver à donner des baffes à longueur de journée pour résoudre un conflit. Bon…

Je me suis pris des baffes et je n’en suis pas mort. Je me suis souvent dit que certaines étaient même bien méritées. Pourtant, un long discours argumenté aurait été une punition bien plus gênante pour moi du fait de la durée et surtout, toujours plus productif. J’ai des amis sur qui les parents n’ont jamais levé la main. Ça me choquait d’entendre ça quand j’étais plus jeune. Je voyais cela comme quelque chose d’incroyable. Et pourtant la preuve est là. On peut et on doit éduquer ses enfants sans jamais avoir à lever la main sur eux. Penser l’inverse, c’est là le vrai danger.

scaled_full_44baf7b4538037684094

Trouver un évènement près de chez soi autour du libre avec l’Agenda du Libre

agenda

Si comme moi le monde du libre vous intéresse, sachez qu’il existe un site qui répertorie pas mal d’évènements autour du libre.

Le site l’Agenda du Libre s’organise comme un calendrier avec tout un tas d’évènements prévus. Idéal pour se rapprocher de mouvements qui sont susceptibles de vous plaire.

Envie d’aider pour openstreetmap ? Il y a peut être quelque chose près de chez toi ?
Envie de participer à un café vie privée ? C’est peut être ce soir  que ça se passe !
Envie d’apprendre à programmer ? De boire des verres avec des passionnés parce que la semaine prochaine, tu vas en province ? Aucun problème, l’agenda du libre est là 😉

agenda2

Le site propose de faire des recherches via une localité et des dates plus ou moins précises.
En cliquant sur un évènement, on est redirigé vers une page qui apporte des infos (date, heure, lieu, organisation etc).
Bref, l’Agenda du libre c’est à mettre en favoris et si des manifestations ont lieu près de chez vous, n’hésitez pas à faire remonter l’info sur ce site !

cdisk10xeaa9ga9

Je vapote mon pote

dry
Un billet (bordel c’est la première fois que j’utilise ce terme !) qui change aujourd’hui car je voudrai parler de la e-cigarette et de ses conséquences pour mon cas personnel.

Avant tout, je précise que j’étais fumeur avant de me mettre à la vap. Petit fumeur par contre. Je fumais à tout casser 4 à 5 clopes par jour. En soirée, ça change et comme la plupart d’entre nous, ça peut monter très vite…

Pourquoi je suis passé à la vap ?

Avant tout, depuis bien longtemps, je me disais que j’aimerai arrêter de fumer des clopes. C’est pas très bon en bouche, ça tue, ça enlève la sensation de gout, ça pue et en plus de ça… L’industrie du tabac est une des pires au monde… Ça va de la recherche pour nous rendre encore plus accros en rajoutant un paquet de merde dans une clope, à de la corruption de politique en passant par les systèmes de santé etc. Heureusement, on ne voit plus aujourd’hui de pub qui nous garantit que le tabac est bon pour la santé. Mais si il n’y avait que ça…

Toutes ces raisons réunies m’ont toujours plus ou moins habitué à me restreindre avec force à la tentation de fumer toujours plus. Ça m’a aussi fait toujours garder à l’esprit que je ne fumerai pas toute ma vie et qu’un beau jour, il faudrait arrêter avec ces conneries. Enrichir comme ça, si gratuitement, des vendeurs de morts, faut arrêter quoi.
Quand la vapote est sortie et que j’ai pu l’apercevoir dans la rue, comme beaucoup, j’étais sceptique. « Nan mais t’as vu ce que tu t’injectes dans les poumons ? » ; « Tu vas mourir encore plus vite » etc etc…

Et puis.

Et puis j’ai arrêté d’avoir peur du produit et je me suis dis que j’allai regarder ça de manière intelligente et à tête reposée. J’ai donc commencé à me renseigner petit à petit sur ce que contient le e-liquide. Ceci était en effet ma principale crainte et surtout la chose dont je n’avais aucune connaissance. Oui parce que le coup des cigarettes qui explosent à la figure des gens, c’est aussi répandu que les smartphones qui explosent. C’est un problème de batterie. Ça arrive, mais c’est super méga tip top rarissime (heureusement).
J’ai donc commencé à me renseigner sur le Propylène Glycol et la Glycérine Végétal qui sont les produits de base de la vap.
Ces deux produits sont utilisés depuis belle lurette dans des produits que nous utilisons tout les jours (dentifrice, crème pour la peau, sirop, shampoing etc). Je ne vais pas vous faire la liste de tout les produits, c’est juste hallucinant tellement c’est répandu en fait. Quant à la nocivité des produits (parce que c’est quand même ça qui nous intéresse), à court terme, on peut le dire, bein ça ne nous affecte pas plus que ça. Le propylène glycol et la glycérine végétal ne sont pas des produits nocifs pour le corps humain. Allez vérifier si ça vous amuse. Chaque « étude » que j’ai trouvé pour dire du mal de la vapote se fait en réalité démonter vite fait bien fait par la science, la vraie.
Le reste du produit est composé d’un peu d’eau, d’alcool, et des arômes. L’eau et l’alcool, on connait tous, quant aux arômes, c’est quelque chose à étudier.
En effet, le nombre d’arôme a explosé ces derniers temps et peu d’étude ont été faites à leur sujet. C’est là le problème. Voici un lien qui détaille un peu plus la question.
A savoir : On peut fumer uniquement du Propylène ou de la Glycérine si le choix nous en dit. Mais le mélange avec un arôme et un subtil mélange de Propylène/Glycérine vous donnera plus de plaisir selon vos envie.
Enfin la nicotine qui, n’est pas nocive pour le corps si l’on en ingère pas une quantité trop grande d’un coup. C’est d’ailleurs pour ça qu’il y a une tête de mort sur les flacons d’e-liquides. Si votre e-liquide ne contient pas de nicotine => pas de tête de mort.Et c’est tout. On est plutôt loin du nombre incroyable des composants d’une cigarette classique.

compoclop

clope
On est loin des 5 produits de base de la vapote hein :p

Les études qui font « Brrrrrrr j’ai peuuuur »

Afin d’avoir un regard bien neutre, je ne pouvais pas passer à coté des études qui sont contre la vap et là, j’avoue que la réalité m’a vite sauté aux yeux quand on commence à fouiller un peu. La plupart sont de la merde. C’est aussi simple que ça.
Pire, des études nous balancent que la vapote est carrément cancérigène ! Merde ! Bon, on se rassure, quand on demande les détails de l’étude, les choses apparaissent sous un autre angle et se font automatiquement tailler. Voici d’ailleurs une étude de 60 millions de consommateurs qui se fait carrément rhabiller comme pas permis. Sincèrement, allez y faire un tour 2 minutes pour comprendre de quoi je parle.
Pour qu’une vap soit nocive, il faudrait par exemple qu’on fume avec des résistances cramées et qu’on tire dessus comme des malades. Je vous le déconseille, c’est dégueu et infumable. Autant essayer de tirer sur un pot d’échappement de voiture. Faites le test, on verra si vous aurez envie de continuer.
Parfois les comparaisons font fort dans le ridicule. Du genre, le produit laisse des traces de nocivité dans le corps. Seulement si on va dans le sens des études, ma table de cuisine est plus nocive encore que ma e-cig. Bref, les études qui vont contre la cigarette électronique sont toutes plus farfelues les une que les autres et on se demande d’où ça sort. (Qui a dit ministère de la santé ?) Malheureusement, la presse s’empresse de reprendre ces pseudos études et forme un formatage de la population qui ne va retenir que le sensationnel. Combien de vapoteurs sont retournés à la clope suite à ce genre d’étude biaisée ? Le tabac, c’est quand même 70 000 morts par an et rien qu’en France. C’est 200 personnes par jour !
tab

La seule chose qui a retenu mon attention est la suivante :
La e-cigarette ne doit pas mériter de promotion car son coté attractif (comprenez c’est beau ça brille et c’est la mode) va inciter les gens à commencer par vapoter puis par extension à fumer des vraies cigarettes. La vapote est donc effectivement un substitut qui permet d’arrêter la consommation de tabac, mais c’est aussi un moyen de passer au tabac directement (par extension). J’ai trouvé que l’argument se défendait ou en tout cas, méritait réflexion. Pour faire une comparaison, les gens qui tapent sur le cannabis crient souvent au loup en expliquant que si on commence par le cannabis, on va finir sur la cocaïne puis, l’héroïne etc. C’est bien sur faux mais, ça représentera toujours un brin de vérité pour un groupe de personne isolée.
C’est le seul et unique argument qui m’a fait réfléchir sur la politique répressible concernant la vapote. Toutefois et comme dit juste au dessus, si on réfléchit comme ça, on devrait interdire les couteaux de cuisine car par extension, on se mettrait tous à acheter des épées puis des pistolets puis des grenades, bazooka etc… Ça se tient mais la réalité est un poil plus compliquée que ça.
Ah oui ! Il y a un autre argument qui m’a fait réfléchir. La vente de certain e-liquide a montré que ceux ci contenaient des produits bien nocifs pour le corps humains. Là, je suis forcé de le reconnaitre. Il y a effectivement eu des cas ou, en cas de contrôle, on s’est rendu compte que certains e-liquides (venant de pays lointains) comportaient des substances nocives pour le corps humain non indiquées sur l’emballage. Ce genre de problème se vérifie également sur la vente de cigarette classique. Vous avez certainement déjà acheté dans votre vie un paquet de Malboro qui ne sortait pas des usines Malboro mais d’un truc de contrefaçon avec encore plus de saloperie que le produit de base.
La mondialisation nous habitue malheureusement à ces cas de figure. Il n’y a qu’a voir le scandale de Findus et de sa viande de cheval…
Cet argument est vite tombé dans l’oubli pour mon cas personnel car j’avais déjà entrepris de faire mon produit moi même.

Bref, tout ceux qui crient au loup en disant « qu’on sait pas ce qu’il y a dedans, que c’est nocif et qu’on va tous avoir un cancer des veines et du pipi qui sortira des oreilles », rhabillez vous. Faut arrêtez de pousser mémé dans les orties. On sait très bien ce qu’il y a dedans. ET :
– Sur le court terme, ce n’est pas nocif du tout. A l’inverse de la clope.
– Sur le long terme, on n’en sait rien ! Mais ! Tout porte à croire qu’on ne devrait pas avoir de mauvaise surprise étant donné qu’on utilise ces produits depuis déjà des dizaines et des dizaines d’années. A l’inverse de la clope elle, qui tue sur le court, comme le long terme.

Le coté geek de la vapote

Là où je dois être honnête, c’est qu’en bon petit geek qui aime bien bidouiller, je ne pouvais pas passer à coté du coté geek de la vapote.
On ne va pas rentrer dans les détails car ce post est déjà bien trop long à mon gout, mais il existe différente forme de e-cigarette. Les e-cigarettes type stylo qui ne sont pas modifiable et … Le reste 😉

Le reste, c’est ce qu’on appelle les atomiseurs, les drippers et autres mod mécanique.
Sans rentrer dans le détail comme je le disais, une cigarette électronique est composée d’une batterie et d’un fil conducteur (résistance) entouré de coton . Le coton est imbibé de liquide et, lorsque la résistance chauffe, le liquide s’évapore en vapeur d’eau et vous l’aspirez. Il n’y a pas de combustion comme dans une cigarette avec pour effet la création de monoxyde de carbone. Eh bien, il existe tout un tas de cigarette électronique que vous pouvez customiser à votre guise. Faire vos propres résistances, agrandir vos airflows, choisir le coton de votre choix, faire vous même votre liquide et créer donc vos propres recettes ! La vapote, ce n’est pas seulement, un substitue, pour tout les geeks, c’est aussi un terrain de jeu. Et c’est là que l’argument que j’ai cité au dessus « que la vapote a un coté attractif donc addictif » se vérifie sur moi. Depuis que je vapote, je fume plus que lorsque je fumais des cigarettes. Tout simplement parce que je prends plaisir à gouter mes recettes que je modifie tout les jours. Mon matériel change régulièrement et toutes les sensations s’en trouvent différentes.

Conclusion

Conclusion assez simple au final.
Autant sur le plan santé qu’économique, je m’en sors bien mieux. Le souffle est carrément revenue. Je ne tousse plus le soir dans mon lit après avoir fumé des clopes. J’ai repris gout aux aliments et je déguste vraiment mes e-liquides. Ça ne sent plus mauvais à la maison, idem pour les fringues (les non fumeurs savent très bien de quoi je parle :p). Les murs et les bords de livres ne deviendront plus jaune dégueu avec le temps.
J’ai pu ralentir sur la nicotine et je passe quasiment sur du zéro nicotine tout le temps maintenant. Les études qui continuent d’arriver tendent toutes à prouver que non, ce n’est pas toxique à la même échelle qu’une cigarette. On ne peux même pas comparer tellement la différence est gigantesque.
Niveau économie, Si vous achetez tout en magasin, vous payerez plus cher. Un flacon de liquide 10ml coute environ 5-7 euros. En le faisant vous même, votre flacon vous revient à environ … 50 centimes. Ça vous parle un peu là ? 😀
Le prix d’une résistance en magasin ? Environ 2-4 €. si vous la faites vous même, ça reste de l’ordre de quelques centimes aussi.
Il faut juste noter que l’achat d’une vapote est un coût au début.
Les premiers prix vont commencer vers 20 € et si vous comptez partir sur du matos un peu plus poussé que vous pourrez modifier à votre guise, il faudra compter à peu près 70-100 €.
Le seul bug, c’est que maintenant, je dois recharger ma vape avec mon panneau solaire (héhé). Le deuxième (oui parce qu’il y en a deux) c’est que quand j’oublie ma vape à la maison, je peux difficilement taxer la vape d’un autre… Ah oui, il y a aussi le dry hit (résistance qui n’est plus bonne quoi). Ça m’est arrivé une fois. Je ne recommande pas !
death-star
La cigarette est un fléau. Et je ne suis certainement pas un ange d’exemplarité… Je me souviens avoir été acheter des clopes pour des jeunes un jour. Des jeunes entre 14-16 ans. Ils ne pouvaient tout simplement pas allez acheter leur clope au bureau de tabac car ils étaient mineur. Je m’étais souvenu de mes galères pour acheter des clopes étant plus jeunes moi même et je voulais les « aider » car je les « comprenais ».
Mes potes m’ont engueulé ce jour là. Ce jour là, j’ai été un beau connard. On ne peut pas refaire le passé. Ce souvenir, je le garde bien en moi pour ne pas oublier. Non, la clope, ce n’est pas « cool ». La vapote aide les fumeurs à sortir de cette merde. Quand je vois toutes les conneries qu’on peut trouver sur le net à propos de la vapote, ça me fait sauter au plafond… Quant aux nouvelles lois qui arrivent… Les industriels du tabac sont en train de bien s’arranger pour détruire le marché et à l’avenir, nous proposer de la vapote bien dégueulasse de chez eux. De la vapote Philip Morris.
La directive sur le tabac contient un passage spécialement sur la vapote. Toutes les dispositions de cet article visent à éliminer les produits innovants actuellement sur le marché pour les remplacer par des « cigalike » fabriqués par l’industrie du tabac et distribués exclusivement par les buralistes. N’achetez pas vos e-liquides chez des buralistes. Ce sont pour la plupart des e-liquides de chez Malboro et compagnie !
Un peu d’info ici.

Je tiens à remercier les gens qui se bougent pour montrer que la cigarette électronique n’est pas un fléau comme on veut nous le faire croire. C’est grâce à vous si j’ai osé passer le pas. Sur ce, je vous laisse, je vais jouer à Flappy birds sur ma eVic 😀

Cf7MMZtVIAEc2cr

Premier post

A l’origine, je devais héberger moi même mon blog.
Je me suis un peu loupé. Pas le temps (ou c’est ce que je veux croire ?) et pas assez de motivation (sinon je l’aurais fait). On va tenter de remédier à ça dans l’année.
Primo, j’ai retrouvé le net, c’est déjà une première chose.

Maintenant, il va me falloir encore un peu de temps pour bien ranger l’appartement, faire le tri dans les cartons, jeter ce qu’il y a à jeter et ressortir ce qu’il y a à ressortir. Mais aussi passer un bon coup de balai et customiser un peu le bureau pour que tout le matos puisse se retrouver dessus sans que ça ne soit trop le foutoir.

J’avais envie de parler de beaucoup de chose… La #Loitravail qui nous a tous fait sortir les yeux des orbites quand on en a lu ne serait-ce que quelques lignes. On en parlera.
J’avais envie de parler des mouvements qui se forment à force de se faire enfler par es pouvoir patronale, économique et politique. On en parlera.
Mais aussi le scandale des #PanamaPapers et de son traitement si particulier en France (coucou société générale). On en parlera.
J’avais aussi envie de parler du mouvement de Macron (LOL) qui n’est ni de droite, ni de gauche. Par contre il est bien drôle. On en parlera.
J’avais, en tant que fumeur, aussi envie de parler du changement que j’ai trouvé dans la vapot et du futur bien sombre que nos monarques sont en train de préparer sur ce marché. Les industrielles du tabac ont tellement mis de moyen pour soudoyer nos monarques qu’on le sentait venir quelque part… On en parlera.
J’avais envie de parler de bidouillage avec du RaspberryPi dedans, autohebergement, serveur, bricolage de jardin et autre. On en parlera.
J’avais envie de parler de science avec l’actualité brulante de ses dernières années et la dernière en date : les ondes gravitationnelles !!!! On en parlera =)
Enfin, j’avais envie de parler de la sortie de Cryptocat et de quelques détails le concernant, du bordel Apple vs FBI, des dons à faire aux asso/presses/scientifiques etc… Du #PJLNumérique (là ça risque de chauffer sévère), de Mars et de sa dernière mission. Des entreprises privées dans le spatial, de nos amis les exUMP et de leurs petites magouilles(comme nos amis de la gau.. droite ! au PS. Du scandale Wolswagen et de la pollution mais aussi du plomb pour revenir dans l’histoire (vous verrez ça se marie bien). De l’interdiction de consulter des sites oueb ou alors il faudra être de bonne foi (Gnu ?). De flics qui tabassent les gens assez facilement malheureusement. Du trololol autour des IMSIcatcher et donc de votre vie privée qui n’existe plus (sauf si vous savez la préserver, et c’est pas simple toujours). De l’état d’urgence, de la #LoiRenseignement (Loi Rance), de la vente d’arme numérique, de légion d’honneur, de #vieprivée et de #surveillance etc.

BREF, on va aborder plein de thème et ça va être chaud. Mais avant de se lancer la dedans, que diriez vous d’un bon cafoutch à l’ancienne ?

11128074_796933160398620_8281964768492103134_n